BOB ATISSO, UN SCULPTEUR PAS COMME LES AUTRES AU MASA « Le Tonio de la lune togolais »


Présent au Masa 2018, Bob Atisso, le « Tonio de la lune » du Togo dans son œuvre, présente magistralement le quotidien de la vie en Afrique. Il donne vie au sable.

A peine entrée dans le Palais de la culture d’Abidjan, on aperçoit un tas de sable juste à côté de l’exposition photo consacrée au quart de siècle du Masa. Ce sable très fin n’a pas été acheminé pour des travaux de chantiers ou faire des briques, la matière est un élément essentiel dans la fabrication de portrait fait par un célèbre sculpteur togolais : Bob Atisso.
Bien que jeune, Bob est un monument d’une autre de sculpture peu pratiquée dans le milieu voir dans nos écoles d’art. Tout son travail se fait à base de sable.
A l’occasion des 25 ans du Masa, le génie créateur a fait forte sensation. Les deux œuvres qu’il a façonnés dans l’enceinte du Palais ont drainé du monde.
Depuis plus d’une décennie, ce natif du Togo mais résident au Ghana a réalisé une œuvre qui cadre avec l’évènement. L’œuvre de Bob Atisso est un hommage au 25è anniversaire du Masa. Un joueur de balafon donne le « la » à une danseuse déchainée, au moment où deux joueurs de tambours rivalisent d’ardeur pour donner une âme au sable. Et, comme pour rappeler que c’est le 25ème anniversaire du Masa, l’artiste fait apparaître le logo du plus grand marché des arts de la scène en Afrique et lui accole un « 25 ».
Le jeune Togolais s’est découvert, pour sa part, sa vocation dans le domaine de la scupture de sable par le jeu du « simple hasard ». « En tuant le temps sur le chantier de mon père un jour, j’ai dessiné un visage humain qui a émerveillé mon entourage. Tout est en fait parti de là, dans la mesure où j’ai eu à produire par après d’autres réalisations similaires », même s’il reconnaît volontiers que les œuvres de Marcos Frota incarnant Tonio de la Lune dans le feuilleton télé « Femmes de sables » lui sont restées dans l’esprit. « Je parle une langue universelle » nous confie-t-il, « Ce que je sais faire le mieux de ma vie est de donner vie au sable. Ne sachant pas beaucoup utiliser les mots pour m’exprimer, mes sculptures sont pour moi ma langue pour communiquer. Parfois, je suis d’ailleurs surpris de voir presque toutes les races humaines esquisser le même sourire devant mes œuvres, ce qui me donne la conviction que ma langue est universelle », dit-il.
A.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *