contre la décision d’annulation des voix à Kalambancoro : La marche du Collectif annulée


 Le Collectif des partis politiques et associations ont organisé mardi une marche pacifique hier. La marche qui devrait partir de l’entrée du quartier à la sous-préfecture de Kalabancoro a été dispersée par les forces de sécurité. Il s’agissait pour le Collectif de protester contre la décision d’annulation des voix au niveau de certains centres de vote dans la Commune de Kalabancoro.

Le Collectif des partis politiques et associations composé notamment du CNID, du MPR, l’URD, Yèrèko-Fassoko étaient sortis massivement mardi pour manifester leur mécontentement suite à la décision d’annulation des voix dans certains centres lors des élections communales par la Cour suprême.

La décision d’annulation de voix des élections communales concerne le village de Gouana qui constituait un centre entier et celui de Sabalibougou Est.

« Ni les déclarations de la Céni, ni les PV des autorités qui ont eu à organiser ces élections n’attestent d’irrégularité dans ces localités. Aujourd’hui la Cour a statué en vue de dire le droit et par rapport à cela nous avons vu que les résultats de ces deux localités ont été annulés pour favoriser les gens qui n’ont pas gagné dans les urnes», a laissé entendre Lacinan Dramane Traoré, 3e adjoint au maire du bureau sortant.

Aux dires de l’ancien 3e adjoint au maire de la Commune de Kalabancoro, le droit n’a pas été dit dans les règles de l’art à travers l’annulation qui enlève officiellement plus de 900 voix rien que sur la liste du CNID.

« Ces annulations n’ont pas été réfléchies, il y a d’autres partis qui ont été premiers dans les centres en question, normalement cette annulation devrait leur frapper aussi, le nombre de leurs conseillers devrait être réduit », a-t-il dit.

Bien que cette marche soit empêchée par les forces de sécurité, le Collectif qui soutient le maire de la commune de Kalabancoro, n’entend pas baisser les bras.

« On nous a dit que nous sommes en situation d’urgence et que le climat politique n’est pas propice à Kalaban. Comme nous prônons la paix, on ne va pas exposer les paisibles citoyens qui sont dans leur plein droit de réclamer leur dû mais on va les inciter à rester sereins, calmes.Le combat continue, nous allons réunir les éléments de preuves pour nous défendre jusqu’à ce que justice soit faite», a dit Lacinan Dramane Traoré.

Mariam Coulibaly

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *