DIO : Près de 4 tonnes de stupéfiants incinérés


La Direction de l’Office central des stupéfiants (OCS) a procédé le mardi 2 novembre 2016 dans la Commune rurale de Dio, cercle de Kati à l’incinération de près de 4 tonnes de stupéfiants et psychotropes d’une valeur de près de 500 millions de F CFA. La cérémonie a réuni les représentants politiques, administratives, judiciaires,   de la société civile et la Minusma.

C’est à 30 km de Bamako que des stupéfiants et psychotropes saisis par la police, la gendarmerie et l’OCS ont été détruits. Il s’agit de 3,500 t de kg de Cannabis, 500 kg de psychotrope, 435 g de cocaïne. L’OCS, la structure chargée de la lutte et la répression des stupéfiants a saisi jusqu’au mois d’octobre 2, 800t, 500 kg de psychotropes et 350 g de cocaïne, la police et la gendarmerie avec 700 kg. La valeur marchande de ces produits est estimée à plus environ 500 millions de F CFA.

Autorisée par le tribunal de Grande instance de la Commune IV du District de Bamako, l’incinération a pour but d’une part « d’éviter le retour des produits saisis dans le circuit du commerce illicite et d’autre part informer et sensibiliser la population sur l’ampleur du trafic et de la consommation de drogue et éviter la société civile à s’approprier l’enjeu de ce phénomène ».

Avant la mise à feu des cocaïnes saisies, il a été procédé à un test de détection pour s’assurer de l’exactitude du produit.

A en croire le magistrat Lieutenant- colonel Adama Tounkara, directeur de l’OCS, cette incinération est pédagogique. « C’est pour que les populations comprennent que les produits qui sont saisis dans le cadre de notre mission seront détruites. Durant toute l’année,la question nous a été posée à nous et au ministre de la sécurité et de la protection civile quant à la destination finale de ces produits. A un moment donné, il y’a des produits qui sont transmis à la direction de la pharmacie et des produits qui sont gardé au niveau de l’OCS. C’est pourquoi ce matin, nous avons tenu à cette incinération afin que pour nos concitoyens, il soit claire que tous les produits qui sont saisis sont incinérés » a-t-il expliqué. Il a invité la population à collaborer avec l’OCS en terme de renseignement et d’information dans sa lutte contre la drogue.

Les autorités administrative et politique de Kati, des représentants de la Minusma, le Procureur de la Commune IV et de la société civile se sont félicitées de la destruction des produits qui nuisent à la santé. A en croire Sadio Keita, préfet de Kati, l’OCS mène un travail sans merci pour la population. Il a invité la population à dénoncer les auteurs des actes afin que notre pays soit débarrassé des produits illicites.

A noter que l’article 136 de la loi 01-078 du 18 juillet 2001 modifiée portant sur le contrôle des drogues et précurseurs, prévoit que la destruction des produits se fait en présence des représentants de l’autorité judiciaire et les membres de la commission de destruction. C’est sur la base de cet article que le procureur de la République près le tribunal de Grande instance de la Commune VI a ordonné le 5 septembre 2016 la destruction des produits.

Abou Kamara

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *