DJENNE ASSAILLI ENCORE : L’armée neutralise des terroristes


ATTAQUE SUR LE SITE DU BARRAGE DE DJENNE
Plusieurs assaillants tués
Le mardi 9 janvier aux environs de 18 heures, entre les villages de Diabolo et de Soala à 7 km de la ville de Djenné une équipe de la Garde nationale du Mali, en patrouille, a été attaquée par des hommes armés non identifiés. Le combat a eu lieu sur le site du barrage de Djenné.

Les assaillants seraient liés au prédicateur Amadou Koufa. Il compte des disciples et adeptes dans le cercle de Djenné pour avoir fréquenté l’école coranique à Djenné.
Venus très nombreux en motos, les assaillants ont ouvert le feu sur les éléments de la garde nationale qui patrouillaient sur le site du barrage de Djenné. Ces derniers ont riposté énergiquement. Plusieurs assaillants ont été tués et blessés. Ces derniers auraient eu tout le temps de ‘’ ramasser’’ leurs morts et blessés pour les emmener dans une voiture 4X4 d’un ‘’projet’’, on ne sait où. Curieusement, ils seraient restés sur les lieux très longtemps sans se faire inquiéter. Quelle audace ! Toute chose qui interpelle les autorités.
Malheureusement, dans les échanges de tirs, un élément de la sécurité nationale est tué. Celui-là même qui conduisait le Pickup. Il s’appelait Alou Badra Diallo, Sergent de la garde nationale. Aussi, 5 autres gardes ont été grièvement blessés dont le chef de peloton, après avoir vigoureusement défendu sa position. Les assaillants ont brûlé le Pickup de la garde nationale dans le combat.
Les blessés ont été évacués à Mopti pour des soins et la victime a été enterrée très tôt le mercredi à Djenné sur les lieux de l’attaque.
Un renfort a été dépêché de Sévaré la nuit. Le barrage de Djenné un ouvrage du Programme de développement intégré du Bani et de Sélingué (Pdi-BS) est dans le collimateur des terroristes depuis bien longtemps. Bien que surveillé pas les forces de sécurité, il n’ait pas hors de danger.
C’est la psychose dans la ville. Plusieurs attaques ont été perpétrées dans les environs et dans la ville même de Djenné ces derniers temps. A chaque fois, les djihadistes ne sont jamais allés loin de la ville. Ce qui explique cette récurrence des attaques. Mais à reconnaître des failles dans l’information et le système de défense.
Correspondance particulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *