EDUCATION : L’écriture Arabe se repend


L’Organisation l’islamique pour l’éducation des sciences et la culture (Isesco) a organisé lundi dernier avec l’appui de l’Institut culturel afro-arabe, une semaine de formation continue sur l’écriture des langues africaines à travers les caractères arabes.

Les deux instituts ont pour ambition de contribuer à la formation des formateurs sur l’écriture des langues africaines à travers les caractères arabes pour une exploitation judicieuse des manuscrits africains écrits en caractères arabes.
L’objectif du séminaire était sauvegardé les patrimoines des écritures en faisant un lien entre les écritures afin qu’elles puissent êtres utilisés dans plusieurs domaines.
La formation sur l’écriture des langues africaines à travers les caractères arabes donne l’occasion d’approfondir la réflexion sur l’introduction de ce module dans les programmes d’enseignement universitaire, afin de mieux outiller les étudiants qui se spécialiseront dans les études des manuscrits.
« Cette activité qui s’intègre dans la mise en œuvre de la politique d’éducative du Mali notamment en matière de l’enseignement bilingue est loin d’être une première dans la coopération avec l’Isesco en faveur de la République du Mali. En effet, elle a soutenu de nombreuses activités en faveur des medersas et écoles coraniques qui assurent à l’heure actuelle la formation d’un grand nombre des jeunes Maliens », a déclaré Kinane Ag Gadeba directeur national de l’enseignement.
Ce projet initié par l’Unesco appuie l’Isesco pour réaliser des centaines de projets en introduisant l’écriture arabe avec l’évolution du temps moderne. « Ce travail que vous allez accomplir durant cette session avec les participants, augure des nouvelles persecpectives, je pense que la coopération arabo-africaine sera au service d’un développement durable », a dit Mustapha Ahmed Ali Mohamed Ibrahim représentant de l’Isesco.
Créé conjointement par l’Union africaine et la ligue des Etats arabes depuis 2002, ce projet initie des séminaires de formation dans le cadre du renforcement des capacités des spécialistes œuvrant dans la sauvegarde et la restauration des manuscrits en Afrique. Le présent séminaire se tient du 16 octobre au 10novembre.
Aïchatou Konaré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *