ELECTION POUR LA PRESIDENCE DE LA FEMAFOOT : Salaha expose son programme


Le candidat au poste du président de la Fédération malienne de Football, Salaha Baby, était face à la presse lundi pour  présenter son programme d’activés une fois à la tête de la Femafoot. La rencontre s’est déroulée à l’ACI 2000 en présence de Yeli Sissoko, Boubacer Monzon Traoré, entre autres. Cette conférence   était l’occasion pour les acteurs de présenter la liste des 21 membres qui composent le bureau.

D’entrée de jeu, le candidat Salaha Baby s’est dit honoré de se porter candidat au poste du président de la Femafoot. Il dit avoir fait avec la profonde conviction de s’investir sans réserve pour la réconciliation et le développement du  football national. Pour ça, il sollicite l’accompagnement et la mobilisation de tous pour donner à notre pays sa place dans le concert des grandes nations du football.

A l’entendre, son programme s’articulera  autour des points suivants : les gestions précédentes, son ambition pour le football malien, le renforcement  de la capacité des ligues régionales, la création de la ligue professionnelle, le financement de notre football, les textes qui régissent notre  football, les relations avec le département de tutelle, aux dirigeants des ligues, clubs et associations membres et enfin la presse.« Mon ambition est de faire franchir notre football d’un palier décisif vers la maturité avec une orientation qui ne souffre d’aucune équivoque, assortie d’objectifs précis  avec les résultats mesurables. Il n’est plus tolérable de continuer à gérer notre football, avec les mêmes méthodes traditionnelles qui frisent l’incohérence et l’archaïsme », a-t-il laissé entendre.

  1. Sala Baby considère comme une priorité absolue, la nécessité de doter notre football de structures modernes et fonctionnelles. Cette priorité implique le besoin crucial de formation de cadres compétents dévolus à la gestion rationnelle et efficace de nos clubs. Il en va de même pour les techniciens de terrain, en qualité et en quantité, pour assurer aux  clubs un environnement technique digne de ce nom.

Le candidat estime  que le financement est l’un des défis majeurs de son mandat. « Nous allons proposer des modes de financement originaux, permettant d’accroître de façon significative, nos revenus à savoir : développement du sponsoring privé en partenariat avec l’Etat par la création de niches fiscales, développement d’un partenariat avec les grandes entreprises par régions, développement des droits TV, redistribution d’une part de la loterie sportive pour le football ».

Les journalistes ont évoqué le problème  de la ligue de Ségou et de Kayes et sur la fiabilité de la commission électorale. M. Sissoko a assuré les médias que si une ambiguïté se fait sentir avant l’élection, des mesures seront prises.

Ibrahima Ndiaye

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *