FOOTBALL : En réalité Baba veut la suspension du Mali !


Si le Mali venait à être suspendu par la Fifa suite à la décision du ministre de réorganiser le football malien, ça sera à cause de « l’entêtement » et la volonté machiavélique du président déchu et son bureau.

Tout a été fait pour que les acteurs du football s’entendent entre eux. Tous les médiateurs ont échoué et le Comité exécutif de Boubacar Baba Diarra s’insurge contre son patron, Housseini A. Guindo, celui qui lui a délégué une partie de son pouvoir : la gestion du football. Oui, la crise aurait pu être évitée. Le pire, ce que tout le monde craint aujourd’hui c’est-à-dire la suspension du Mali par la Fifa, pouvait bel est bien être évité. Hélas, malgré les bons offices du ministre Housseini A. Guindo, la crise n’a pas pu être dissipée due à « l’entêtement » du président du Comité exécutif d’alors en la personne du général de police Boubacar Baba Diarra.

Refus de rassembler les acteurs

Ce qui a conduit à la dissolution du Comité exécutif est le refus de Baba à œuvrer pour rassembler les acteurs du football malien. En dépit des intérêts partisans, la seule guerre qui a pourrit l’arène du sport roi est le manque de consensus et de respect d’opinion. De l’ancien président de la transition, Dioncounda Traoré, en passant par les dignitaires religieux et autres membres de la société civile, même l’Assemblée nationale n’a pas reçu à réunifier les acteurs. Face à cette « opiniâtreté » de l’ex-président, et au regard des nouvelles tournures que la crise risque de prendre, le ministre a sonné la fin de la recréation en dissolvant le Comité exécutif. Il prévoit de mettre en place un comité transitoire. Une décision qui a même été félicitée par Mahamadou Samaké dit «Sam Djèma», un sage du Stade malien de Bamako, club très influent qui soutenait l’inspecteur général de police.

La manœuvre sournoise de Baba pour suspendre le Mali

Depuis l’annonce de la dissolution du Comité exécutif le mercredi 8 mars, toutes les manœuvres sont enclenchées pour faire pression sur le ministre des Sports, afin que ce dernier annule sa décision. La preuve est que l’ex-président du Comité exécutif a écrit à la Fifa le même jour pour lui faire part de la décision ministérielle. Et la réponse de l’instance suprême du football mondial a été brandit partout comme un butin de guerre.

D’aucuns estiment même qu’à travers cette correspondance, la Fifa donnait un ultimatum au ministre des Sports, dont le seul tort a été de jouer son rôle de premier responsable de tous les sports. Pourtant, il n’est un secret pour personne que la Fifa n’admet pas l’ingérence des Etats dans les affaires de ses associations. A ce titre, la suspension temporaire du Mali est bien une éventualité à ne pas écarter, surtout qu’il n’y a plus d’organe directeur de football au Mali. Toutefois, les règles de la Fifa, n’étant pas au-dessus des lois maliennes, le gouvernement a pris cette responsabilité en vue de sauver l’essentiel : la quiétude et la cohésion autour du sport roi.

En entendant la mise en place d’un comité de normalisation, le cas du Mali est désormais soumis au bureau du Conseil de la Fifa pour considération. Etre temps, Boubacar Baba Diarra est déterminé à faire suspendre le pays. C’est dans cette dynamique qu’il a sollicité le soutien de certains clubs de la Ligue 1 et de D2 afin que ces derniers ne reconnaissent pas le futur comité de normalisation. Comme à leurs habitudes, une campagne de désinformation et de dénigrement du ministre Guindo est aussi en marche.

Nous y reviendrons.
S.I. K

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *