LAFIABOUGOU : Le « mont Kilimandjaro II », un mauvais souvenir


Finis les odeurs nauséabondes, les sachets plastiques et solides, les fumées, les étouffements, les maladies liées à l’insalubrité, pour les familles avoisinantes et une partie du quartier Djikoroni Para de l’immondice appelé   « mont Kilimandjaro II », en référence au plus haut sommet d’Afrique. Le ministère de l’Environnement a procédé à son évacuation totale.

La cérémonie de réception de fin des travaux d’évacuation de ramassage des déchets a eu lieu lundi 17 avril sur le site qu’abritaient la montagne d’ordures.

Depuis le 18 mars 2017, les 15 242 mètres carrés équivalent à 700 000 m3 d’ordures de toutes sortes n’existent plus au lieu habituel. Le ministère de l’Environnement de l’assainissement et du développement durable, a fait de l’évacuation du « mont Kilimandjaro » une priorité. Il a fallu 80 jours (du 27 novembre au 18 avril) à l’entreprise retenue pour l’évacuation du Kilimandjaro qui a mobilisé les gros moyens pour mener à bien la mission à elle confiée. Destination des déchets dans la commune rurale du Mandé, dans les champs à Mountougoula, Sanankoroba et Tiefala. Coup de l’opération : un milliard de F CFA.

Après l’évacuation, le site, un espace public selon le plan d’urbanisation, sera conservé en dépôt de transit pour les ordures avec un changement de vocation, nous a confié le directeur régional de la conservation et la protection de la nature, Seydou Oueloguem.

Le travail de ramassage de l’après évacuation est confié à Ozone Mali « qui doit faire en sorte qu’il n’y ait plus de stockage et d’engorgements d’ordures ».

Le ministre de l’Environnement Aida M’Bo, a demandé à la population de Lafiabougou de tout mettre en œuvre pour que l’appellation « Kilimandjaro » ne soit plus une réalité. Dans ce dessein, elle a demandé aux riverains de se donner la main pour que l’espace dédié à un dépôt de transit.

L’aménagement très prochain du site a été promis par Mme Keita qui a promis de mettre à la disposition des riverains des matériels d’assagissement.

Les riverains, à travers leur porte-parole se sont félicités de l’acte héroïque accompli par le ministère de l’Environnement sous la direction de Aida M’ Bo. Ils ont demandé au ministre M’Bo le nivellement du site avant l’hivernage, « afin d’éviter la stagnation des eaux usées, source des maladies ».

L’opération est la deuxième du genre après celle du mont Kilimandjaro I à Niaréla.

Amadou Sidibé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *