MASA 2018 : Le satisfecit des organisateurs


La 10e édition du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (Masa), avec une note de satisfaction des organisateurs.
Le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie, Maurice Kouakou Bandaman a présidé la ceremonie de clôture du Masa 2018. C’était en persence du DG du Masa Yacouba Konaté, de la directrice de la diversité et du développement culturel de l’organisation Youma Fall.
Selon le ministre Bandaman, le Masa 2018 a enregistré « plus de 2000 participants (artistes, promoteurs de spectacles, journalistes…) dont 70 % en provenance de la sous-région ». Le Masa à ses dires, c’est 152 spectacles enregistrés au MASA 2018.
Maurice Bandama a appelé les organisations sous-régionales dont la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) et le Conseil de l’Entente, à soutenir davantage le Masa dont les moyens financiers sont «réduits au 1/3».
Le ministre Bandama a profité de l’occasion pour dénoncer l’injustice à l’égard des artistes et créateurs africains. Avec son statut de premier responsable de la Culture ivoirienne, Maurice Bandama a plaidé auprès des organisations internationales, afin qu’elles laissent les artistes africains « circuler librement à travers le monde ». Pour lui, « ce n’est pas juste que ceux du Nord viennent se produire sur les scènes du Sud et ceux du Sud ne puissent pas aller se produire au Nord. Ce n’est pas juste».
Le directeur général du Masa, Yacouba Konaté, a dressé le « bilan de l’édition 2018. A ses dires, le Masa 2018, c’est plus de 1786 personnes inscrites sur les registres d’hébergement dont 1182 artistes, 260 professionnels, 180 journalistes internationaux, 150 membres de délégations officiellement constitués. Ses effectifs ne prennent pas en compte les participants locaux à savoir 300 artistes, 259 journalistes, 440 techniciens.
« Nos équipes ont eu à produire 152 spectacles dont 61 au titre du marché et 81 au titre du festival », a-t-il souligné.
La représente de l’OIF, Youma Fall, a réaffirmé l’engagement de son institution à accompagner le Masa.
Amadou Sidibé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *