« MOUMME KEITA » IBK « roi » de Mahou


 

Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, a inauguré samedi 22 août, le tronçon Sona-Mahou, long de 7,8 km, situé à quelques encablures de la frontière burkinabé. En plus de la bretelle de Mahou, le chef de l’Etat a inauguré le CFP de Yorosso.

Les populations de Mahou, Ouasso, Koury, Sonbagassi se souviendront longtemps de la matinée du 22 août 2015. En effet, ce jour-là, le chef de l’Etat a inauguré la bretelle Sona-Mahou sur la RN12 (située dans le cercle de Yorosso, dans la région de Sikasso). Tout Mahou, ses ressortissants à Bamako, les populations voisines ont tenu à partager ce moment de bonheur.

De mémoire des populations de Mahou, jamais une telle mobilisation pour IBK n’avait été réservée à une autre personnalité malienne.  Pour l’occasion,  Mahou a sorti des masques interdits pendant hivernage. Ceux-ci ne sortaient que pendant la saison sèche à l’occasion des grands événements.

C’est avec ses masques « légendaires »   que Mahou a tenu à dire « merci IBK » lors de la cérémonie d’inauguration de la route.

Pour davantage montrer leur soulagement pour la réalisation de la bretelle, IBK a été élevé par les anciens : citoyen d’honneur de Mahou. Ainsi, le nom « Moummè » lui a été donné. Il s’appelle Moummè Kéita, qui signifie « roi de Mahou ». Un nom que le président de la République a accepté volontiers.

En effet, le tronçon inauguré est une promesse de campagne que le candidat IBK a faite au village de Mahou en 2013. En son temps, les sages du village avaient expliqué au chef de l’Etat les souffrances vécues à cause de l’état de dégradation très avancé de la route Sona-Mahou avec des morts d’hommes. Aussi l’état de la route impactait le transport des productions de coton et autres vivres. Touché par ce qu’il avait entendu, IBK avait promis la construction de la route s’il était élu à la magistrature suprême.

Longue de 7,8 km, la route a coûté plus de 1,3 milliard de F CFA au budget national. Pour le chef de village de Mahou, Zoteré Koné, la route goudronnée « facilitera désormais l’accès au service sociaux de base et l’écoulement des produits agricoles de Mahou et environs vers la RN12 ».

Le chef de village a remercié le chef de l’Etat pour tout ce qu’il est en train de faire pour sa communauté. Et de lui promettre de ne rien ménager pour l’accompagner dans l’atteinte de son objectif. « Nous l’avons promis, nous serons toujours avec lui », a dit le chef de village.

Le maire de Mahou, a remercié le président de la République pour la promesse tenue. Cependant, il a exprimé d’autres besoins pour le village. Il s’agit, entre autres, du prolongement de la bretelle Mahou-marigot Mandégué, qui nécessite la réalisation d’un pont. Le maire a aussi demandé l’aménagement de la plaine rizicole, la construction de bureaux et logement pour le sous-préfet, l’électrification du village. Le besoin de tracteurs a été exprimé par l’imam du village.

 

Yorosso aussi

Certaines doléances ont reçu des débuts de solutions. IBK a promis de donner à Mahou au moins une dizaine de tracteurs.

Dans l’après-midi, Moummè Kéita s’est rendu à Yorosso, chef-lieu de cercle. Là, le chef de l’Etat et la délégation qui l’accompagne ont inauguré le CFP, fruit de la coopération Etat du Mali/Grand-Duché de Luxembourg. Comme à Mahou, les populations ont réservé au chef de l’Etat un accueil des jours mémorables.

Les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands. Le représentant du Grand-Duché, Michel Pépin, a magnifié la coopération entre nos deux pays. Et d’évoquer les raisons de l’intervention luxembourgeoise dans ce domaine de la formation professionnelle.

A Yorosso aussi des doléances ont été formulées. Elles ont pour noms : la réalisation de la route Yorosso-Boura-frontière burkinabé, la construction d’une salle de sports, la dotation du CS-Réf en ambulance, le branchement du réseau électrique sur l’EDM-SA.

Amadou Sidibé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *