POLITIQUE : Malheur aux vaincus !


Les lenteurs dans la mise en œuvre du processus de paix, les chantages du MNLA, les atermoiements de la Minusma et de la médiation n’augurent rien de bon. De victime, le gouvernement se retrouve dans la posture de l’accusé. Selon que vous soyez…

S’il y a un camp qui est mal à l’aise avec les derniers événements de Kidal, c’est bien le gouvernement. Les couleuvres sont nombreuses pour le gouvernement : Il lui faut prouver sa bonne foi à la CMA, accepter les impairs de la Minusma et savoir manœuvrer pour ne pas se mettre à dos le Gatia.

Toute la communication, jusqu’ici a consisté à présenter le Gatia comme une « milice proche du gouvernement ». Les mots ont leur sens. Non seulement le Gatia n’est pas une milice, mais, proche du gouvernement est discutable. Dans l’acceptation actuelle et générale, cela signifie qu’il est instrumentalisé par Bamako, ce qui est loin d’être le cas. C’est le Gatia qui a sauvé le processus d’Alger, ou du moins qui a sauvé la mise du gouvernement en restant ferme, en interpellant le gouvernement et en faisant en sorte que l’opinion nationale ne soit pas exclue.

Le Gatia est constitué de gens du terroir qui n’ont pas voulu accepter le fait accompli, qui se sont levés pour défendre leur terroir et faire accepter leurs vues. Leur position, un moment, a rencontré celle du gouvernement. C’est tout.

Le chef gaulois Brennus, vainqueur des Romains, qui s’est emparé de Rome avait exigé une rançon en or. Il a jeté son épée dans la balance pour alourdir le tribut en ajoutant : « Vae victis » ! « Malheur aux vaincus ! ». C’est exactement la posture gouvernement-Minusma, la Minusma jouant à Brennus avec le gouvernement.

Les événements de Kidal constituent un coup de canif, mais, la Minusma qui tient à faire sentir au gouvernement sa position de vaincu en fait une mauvaise analyse. Le Gatia, comme souligné, est composé aussi de ressortissants de Kidal, qui, voyant venir la phase DDR (désarmement, démobilisation, réinsertion), voudraient se rapprocher de chez eux pour ne pas être cantonnés loin de chez eux. En cela le gouvernement n’est pas responsable, et le communiqué appelant les parties au respect des clauses des Accords de Bamako était suffisant. Où l’aile militaire de la Minusma n’est pas en phase avec la direction, où il s’agit d’une opération délibérée, car, l’initiative malheureuse qui a consisté à vouloir imposer une « zone de sécurité » est révélatrice de l’estime qu’elle a pour nos autorités.

Dans les jours à venir, on verra si le processus est atteint profondément, ou s’il s’agit juste d’un coup de fièvre.

Alexis Kalambry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *