SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL NATIONAL : Les travaux de restructuration du Tata de Koniakary lancés


Dans le cadre des activités de sauvegarde du patrimoine culturel national, Mme le ministre de la Culture, Ramatoulaye Diallo a séjourné dans la région de Kayes. Objectif : procéder à la pose de la première pierre des travaux de restauration du Tata de Koniakary à 70 km de la ville de Kayes.

Samedi 10 mars, le ministre de la Culture, Ramatoulaye Diallo a séjourné à Koniakary en 1ere région. La première responsable de la Culture du Mali, en présence du gouverneur de Kayes, de son Eminence, Thierno Amadou Hady Tall, Khalife général de la Tidjanya, des membres de la Communauté Oumarienne du Mali et de la sous-région, a procédé à la pose de la première pierre des travaux de restauration du Tata de la localité.
La restauration du Tata de Koniakary est une demande du Khalife général de la Tidjanya qui avait émis le vœu sur la nécessité de préserver les symboles et les valeurs historiques, architecturales et socioculturelles liées à cet édifice.
Le ministre Ramatoulaye Diallo dit avoir « mesuré toute l’importance de ce haut lieu de l’histoire, soumis aux menaces d’ordre anthropique et naturel, notamment le manque d’entretien, l’urbanisation rampante, les interventions inappropriées… ».
Le Tata de Koniakary, selon le ministre de la Culture, est non seulement un témoin historique, une marque identitaire pour la ville de Koniakary, mais aussi un lieu fédérateur qui a cristallisé pendant des siècles l’importance du passé, les traditions communautaires et les pratiques religieuses. « C’est un site vivant qui contribue à resserrer les liens inter et intra-communautaires et qui participe du fonctionnement de la Ouma Islamique dans la ville de Koniakary ».
Toutes ces valeurs lui ont valu d’être inscrit, déjà, à l’inventaire par Arrêté n°4179 du16 décembre 1954 prononçant inscription des monuments naturels et des sites relevant du Ministère de la France d’Outre-mer et, ultérieurement, classé dans le patrimoine culturel national par Décret n°2011 – 839/P-RM du 22 décembre 2011.
« La restauration du Tata de Koniakary, voulue par les populations de Koniakary, est tout simplement légitime, car la conservation et la gestion des biens du patrimoine culturel relèvent de l’implication de toutes les parties prenantes : en premier lieu les communautés, détentrices et productrices du patrimoine culturel, les collectivités territoriales, les autorités administratives et la société civile », a dit le ministre Diallo.
L’hôte a rassuré les Koniakary que la restauration du Tata de Koniakary, n’est que le prélude d’autres célébrations du patrimoine à Koniakary, à travers des actions de réhabilitation, de restauration et de construction.
A.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *