TRIBUNE : L’ESPRIT PATERNALISTE DE LA CPI


‘‘Les secrets de la Cour’’ est le titre donné à une enquête qui est le fruit d’une analyse de plus de 40 000 documents confidentiels obtenus par Mediapart, un site d’information français.
Les Africains doivent accorder beaucoup d’attention à ces documents. Ils confirment ce que nous avons toujours souligné à propos de cette institution paternaliste. En effet, nous avons toujours su que le vrai portrait de la Cour pénale internationale (CPI) est différent de celui que cette intuition et ses procureurs et jugent on voulu nous peindre.
Une institution qui a été créée sur mesure pour malmener ‘‘les pays en voie de développement’’, et plus particulièrement les pays africains. Rappelons que depuis 2002, la totalité des enquêtes que la CPI a ouvertes concernent le continent africain et que de grandes puissances comme la Russie, la Chine ou les États-Unis n’ont jamais adhéré au statut de Rome. L’Afrique reste toujours la cible principale de la CPI.
Et ces paternalistes prétendent que l’afro-centrisme n’est pas un parti pris contre l’Afrique, mais en faveur des victimes africaines, qui sont quasiment les seules à avoir reçu l’attention de la Cour. Nous ne savons pas si nous devons pleurer ou rire à propos de cet argument. Depuis quand ceux qui ont soi-disant exploré l’Afrique, qui l’ont colonisée, qui l’ont dépouillée de ses enfant au profit de la traite négrière, et qui continuent à mettre en place des politiques hégémonistes et néocoloniales se soucient des victimes africaines.
Evidemment, tout est fait pour démontrer que l’africain est immature, irresponsable et incapable de rendre justice ou même de gouverner.
Donc, il faut des institutions initiées et contrôlées par l’occident pour gérer les affaires africaines. Malheureusement, cela se fait avec la complicité de certains gouvernants africains comme du temps de la traite négrière, quand des rois véreux livraient les Africains aux esclavagistes. A quand une enquête juridique historique sérieuse sur la traite des noirs, la colonisation, et les génocides en Afrique ?
Fort heureusement, certains leaders nationalistes éclairés ont décidé de sortir leur pays de cette cour pénale condescendante. Nous espérons que tous les gouvernants des pays africains suivront cet exemple en se retirant de ce machin qui est en déphasage avec l’idée de la théorie de la justice, les lois internationales, voire avec ses propres principes.
Les juridictions nationales africaines doivent rester les seules à enquêter et à poursuivre elles-mêmes les crimes commis sur leur territoire. Cependant, le rejet d’une structure paternaliste ne doit pas être une licence pour nos dirigeants de faire à leur peuple ce que bon leur semble. Nos gouvernants doivent être les garants et premiers défenseurs de la cause des droits humains en maintenant de solides protections légales des droits individuels dans un Etat de droit. Continuons à soutenir des solutions africaines aux problèmes africains sans complexe d’infériorité culturelle et intellectuelle.
Cheick Boucadry Traore
BUY FOR WOMAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *